logo carhima

Agenda

novembre 2018 :

Rien pour ce mois

octobre 2018 | décembre 2018

 

Le Rapport Delpérée

 

En juillet 1962, le Ministère belge de l’Emploi et du Travail annonce que la Belgique a atteint le niveau de plein emploi. Au-delà des quelques 16.000 offres de travail encore à pourvoir, cette déclaration est surtout l’occasion, en cette période d’expansion économique attendue, de faire le point sur le potentiel de main-d’oeuvre –tant qualifiée que non qualifiée–mobilisable en faveur de secteurs aussi divers que ceux de la construction, des fabrications métalliques ou des services. A côté de solutions alternatives telles que l’augmentation de
l’emploi féminin, l’amélioration de la formation professionnelle des jeunes, ou encore la réalisation d’investissements de rationalisation dans les industries usant abondamment de forces de travail manuelles, le recours à une main-d’oeuvre immigrée d’appoint, devenu
désormais récurrent en période de haute conjoncture, présente dans l’immédiat des avantages appréciables pour faire face à la pénurie. Dans certains postes de travail, comme celui de mineur de fond, l’arrivée de travailleurs migrants concrétise même une tendance de plus longue durée à les substituer à la main-d’oeuvre nationale (lire la suite)

par Mazyar Khoojinian, historien, Institut d’Etudes européennes, ULB, vice-président de Carhima

Nos partenaires



Carhima asbl 17, rue du Poinçon - 1000 Bruxelles
Tél : + 32 (0)2/274.05.19 (lundi, mardi et mercredi)
E-mail : carhima@hotmail.fr

Les photos mises sur ce site ne peuvent pas être utilisées sans l’autorisation de Carhima, quelle que soit la finalité visée.